DANS LE DOMAINE DES DROITS DE L’HOMME :

Dans le but de projeter une vision réaliste de son Action, la Direction Générale des Droits de l’Homme, s’atèle à mettre en place les instruments de planification raisonnée et réfléchie, lui permettant d’envisager l’avenir de manière méthodologique qui garantira la réussite des efforts dans ce domaine. C’est ainsi qu’elle se basera sur les documents de référence suivants, indispensables pour conduire convenablement son travail, à l’avenir :

• L’élaboration de stratégie quinquennale de Communication (2015-2019) qui s’avère indispensable, permettra, non seulement de cerner les différentes insuffisances, mais aussi de cibler les actions prioritaires qui s’imposent, tant au niveau national qu’à l’échelle internationale, à travers une meilleure programmation des activités qui ponctueraient la période en perspective.

En outre, son but fondamental est de servir d’instrument de travail, donc de tableau de bord opérationnel, capable de déterminer l’ensemble des moyens à mettre en œuvre pour une planification appropriée, à savoir, (i) des ressources humaines à déployer, (ii) de l’estimation financière des coûts à dégager, (iii) des différents acteurs intervenants et la répartition des rôles à jouer, (iv) du public national et international cible à viser, et les supports de communication à faire valoir, (v) du facteur temps (programmation) à consacrer à court, moyen et long termes, ainsi que (vi) des résultats et impact attendus directement et indirectement des actions et des activités proposées.

Par ailleurs, la stratégie permettra au Commissariat, conformément à sa mission, de mieux piloter et coordonner, sous la supervision du Premier Ministre, les actions et activités, qu’il mène dans les domaines des droits de l’homme et de l’action humanitaire, notamment la promotion, protection et les aspects qui impliquent d’autres départements ministériels concernés par ces thématiques:

• L’adoption et la mise en œuvre de la Stratégie de Cohésion Sociale élaborée en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en cours de lecture finale, avant son partage, à travers un forum national, pour sa validation.

Cette stratégie comprend sept (7) axes :

• La Promotion de la justice et des droits humains ;

• Le  raffermissement de la démocratie, de la participation et de la citoyenneté ;

• L’accès aux services sociaux de base ;

• La Protection sociale, Tolérance et Paix ;

• L’accès à la propriété foncière ;

• L’accès aux ressources naturelles ;

• L’intégration du genre dans les politiques publiques.

• La Mise en place d’un Mécanisme National de Prévention de la Torture (MNPT). Cet outil, vise à renforcer les mesures prises en vue de prévenir tout risque de torture ou de mauvais traitements dans les lieux de privation de la liberté. Il découle de l’engagement pris par l’Etat, en adhérant au Protocole facultatif à la convention contre la Torture, en 2012.

• La validation et la mise œuvre du Plan National d’Actions contre la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associé.

• Le renforcement de la coopération avec les mécanismes internationaux et régionaux relatifs aux droits de l’homme et la poursuite de l’acquittement des engagements du pays.

DANS LE DOMAINE DE L’ACTIONHUMANITAIRE :

La Direction Générale de l’Action Humanitaire qui intervient dans des contextes de crise aiguë ou durable consécutive à des catastrophes naturelles (Sécheresses, inondations, incendies…), à la pauvreté ou à la marginalisation inscrira ses activités pour les prochaines années autour de :

• La promotion des formes les plus appropriées d’entraide et de solidarité à travers la mise en œuvre d’activités qui favorisent la protection, la prise en charge ou l’amélioration des conditions de vie des couches vulnérables ;

• La mise en œuvre d’activités d’urgence en faveur des populations victimes de situations exceptionnelles (sinistres, enfants de la rue, personnes âgées et malades, mendiants…).

A plus long terme, la Direction Générale de l’Action Humanitaire travaillera à travers une perspective qui lie l'urgence avec le développement. En ce sens, l'objectif sera de contribuer à renforcer la capacité de résistance des personnes vulnérables avec une optique de développement à moyen et long terme, à travers l e renforcement de partenariats locaux.

Ces actions passeront, entre autres, par le renforcement des mo yens du Fonds National d’Aides et de Secours Humanitaires (FNASH), déjà mis en place, pour couvrir l’aspect d’urgence humanitaire et de le rendre à même de financer les aides d’urgence, l’accès des populations vulnérables aux services sociaux de base, ainsi que l’élargissement du champ des Pôles de Développement Intégrés.

DANS LE DOMAINE DU RENFORCEMENT DES CAPACITES (ACTIVITES TRANSVERSALES) :

En ce qui concerne les perspectives d’avenir, le Commissariat œuvrera globalement pour :

I Consolider et valoriser les acquis et réalisations dans les domaines des droits de l’homme et de l’action humanitaire ;

II. Renforcer et développer davantage les ressources (humaines, financières et logistiques) de l’Institution pour lui permettre de jouer pleinement sa mission et sa responsabilité qui consiste à gérer une politique sectorielle nationale ;

III. Rénover et multiplier les voies, les moyens de communication et des relations publiques pour garantir une meilleure visibilité des acquis et réalisations de notre pays dans ces domaines, au niveau intérieur et extérieur, afin de redorer son image.

Sur ce plan, pour compléter son dispositif conceptuel et harmoniser ses activités avec les autres intervenants, le Commissariat envisage, au cours de cette année (2015), l’élaboration de deux études pour la formulation des politiques nationales dans les domaines des droits de l’homme et de l’action humanitaire. Ces études sectorielles fondamentales permettront d’éclairer les décideurs, de guider les autres responsables, afin de consolider les choix de notre pays dans les domaines de droits de l’homme, des libertés humaines, de la cohésion sociale et de l’action humanitaire, à travers une vision à court moyen et long termes, que le

Commissariat entend donner à ces thèmes au sein de la politique globale de développement économique et social et des orientations du Gouvernement en la matière.

Parmi les outils de planification à mettre en place, le Commissariat envisage, également, l’élaboration d’une étude de situation de référence qui permettra, à la fois, de faire le diagnostic et l’analyse de la situation des droits de l’homme e t de l’action humanitaire, au stade actuel.

Enfin, en termes de renforcement des capacités, le Commissariat mettra tout en œuvre pour rehausser progressivement ses propres compétences, développer graduellement ses aptitudes et ses références, en vue d’accroitre, de plus en plus, ses performances par des prestations quantitatives et qualitatives satisfaisantes.