27 02 2018 M0000014 Nouakchott,  27/02/2018  -  Le Commissaire aux droits de l'homme et à l’action humanitaire, M. Cheikh Tourad Ould Abdel Malick, a fait lecture mardi, du discours de notre pays, aux travaux de la 37ème session du Conseil des droits de l'homme

.

Le Commissaire a passé en revue les acquis réalisés par la Mauritanie dans les domaines de promotion et de défense des droits de l'homme, d’enracinement des fondements de l'Etat de droit et de l’accompagnement de tous les efforts internationaux déployés en faveur de la dignité humaine, en application des orientations de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz.

Il a réaffirmé par ailleurs, la prise en considération du gouvernement dans ses actions, des différents mécanismes des droits de l'homme, corroborée par les visites effectuées dans notre pays par les Rapporteurs spéciaux dont la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes contemporaines de l'esclavage, Mme Urmila Bhoola et le Sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture.

Le commissaire a qualifié cette 37ème session du Conseil des droits de l'homme, d’opportunité précieuse, pour exprimer aux honorables participants, au nom du gouvernement mauritanien, les sincères remerciements à cet auguste Conseil, pour les efforts continus et efficaces, déployés en faveur de la promotion et de la défense des droits de l'homme, partout dans le monde.

« Je saisis cette occasion pour féliciter le Haut Commissaire aux droits de l'homme, M. Zeid Ben Raad Al-Hussein, pour l’excellent travail, entrepris, au service des causes justes ainsi que pour consacrer les nobles principes visant à préserver la dignité humaine, en plus du rôle de premier plan qu’il a joué, pour attirer l'attention de la communauté internationale sur les violations graves, commises dans certains endroits du monde », a-t-il ajouté.

« Les conflits armés, le terrorisme, le crime organisé, la dégradation de l'environnement, la propagation des maladies et de la corruption financière ainsi que les visages de l'exploitation des êtres humains, en particulier des enfants et des femmes et les problèmes des migrants, constituent les plus graves défis posés aujourd'hui à notre planète ; empêchant dans la plupart des cas, l’homme de jouir de ses droits les plus élémentaires ; d’où la nécessité pour la communauté internationale d’y faire face avec fermeté « , a-t-il poursuivi..

« La République islamique de Mauritanie a pris conscience de cette vérité, œuvrant à relever les défis précités par tous les moyens disponibles ainsi qu’à coordonner et impulser la coopération bilatérale, régionale et internationale efficace, à cette fin, notamment à travers la création et la redynamisation du Groupe des 5 Etats du Sahel », a dit le Commissaire.

« Elle a adopté à ce propos, une approche globale de lutte contre le terrorisme, l'extrémisme violent, la criminalité transfrontalière, la pauvreté, l’exclusion, la corruption et la mauvaise gestion des affaires publiques », a –t-il affirmé.

« Ces efforts ont été couronnés de succès, se répercutant positivement sur les indicateurs économiques et les conditions de vie des citoyens, contribuant à l’instauration de la stabilité et de la quiétude dans les quatre coins du pays », a-t-il ajouté.

« Notre gouvernement adopte, sur hautes orientations de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, une politique, fondée sur la prise en considération par le gouvernement dans ses actions, des différents mécanismes des droits de l'homme, corroborée par les visites effectuées dans notre pays par les Rapporteurs spéciaux dont la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les formes contemporaines d'esclavage, Mme Urmila Bhoola et Sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture», a-t-il dit.

« Cette politique s’est traduite également par le respect de nos engagements internationaux ; puisque la création d’une commission technique multisectorielle, chargée d’élaborer les rapports, a permis de préparer de nombreux documents, dont certains seront présentés au cours de cette année devant les trois commissions chargées de la lutte contre la discrimination raciale, de lutte contre la torture et des droits de l'enfant », a précisé le Commissaire.

« Nous avons œuvré aussi dernièrement, avec le bureau du Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH), à réaliser une évaluation globale du plan d’action de la feuille de route de lutte contre les séquelles de l'esclavage et contre ses formes contemporaines, mise en œuvre par le gouvernement depuis 2014 et les réformes qui en sont consécutives menées dans les domaines législatif, judiciaire, économique et social », a-t-il indiqué.

« Sur le plan arabe, notre pays a ratifié la Charte arabe des droits de l'homme, participé à de nombreux forums et séminaires sur le sujet et œuvré en faveur du renforcement de l'action arabe commune et de la contribution efficace aux efforts de règlement des questions arabes posées, en particulier la question palestinienne, dont nous sommes convaincus de la nécessité de lui trouver une solution juste, portant sur la création d’un Etat palestinien avec El Qhods comme capitale », a affirmé le Commissaire.

« Au niveau africain, la capitale Nouakchott accueillera la 62ème session de la Commission africaine des droits humains et des peuples du 25 avril au 9 mai 2018 ; qui est un événement important reflétant la forte volonté du gouvernement de mon pays de renforcer les droits de l'homme », a-t-il dit.

« Notre pays abritera par ailleurs, en juillet prochain, le 31e sommet de l'Union africaine, qui sera marqué par la tenue d’une réunion de haut niveau, destinée à rendre, à l’occasion du centenaire de son anniversaire, un vibrant hommage au leader feu Nelson Mandela, icône de la lutte, de la libération, de la sagesse et de la modération en Afrique et dans le monde ».

« Permettez-moi de vous assurer à partir de cette tribune que le gouvernement de mon pays est déterminé à promouvoir et à défendre les droits de l'homme, à enraciner les fondements de l'Etat de droit et à accompagner tous les efforts internationaux déployés en faveur de la dignité humaine », a-t-il dit.

Le commissaire a adressé à la fin de son discours, ses vifs remerciements et exprimé ses sentiments de respects aux Président et membres de l’auguste conseil, pour l’excellent travail, entrepris, au service des causes justes ainsi que pour consacrer les nobles principes visant à préserver la dignité humaine, en plus du rôle de premier plan qu’il a joué, pour attirer l'attention de la communauté internationale sur les violations graves, commises dans certains endroits du monde.